Commentaire d'Article

Effet de la communication hypnotique lors de la pose de perfusion

Hypnose et pose de perfusion

Effet de la communication hypnotique lors de la pose de perfusion

Commentaire de l'article : Hypnosis and communication reduce pain and anxiety in peripheral intravenous cannulation: Effect of Language and Confusion on Pain During Peripheral Intravenous Catheterization (KTHYPE), a multicentre randomised trial1. Fusco et al. BJA 2020.

Publié le 01 Juin 2021 - Ludovic MEURET (IADE-CHU Rennes)

Titre de l'étude

L'hypnose et la communication réduisent la douleur et l'anxiété lors de la canulation intraveineuse périphérique : effet du langage et de la confusion sur la douleur lors d'un cathétérisme intraveineux périphérique.

Question évaluée

La communication hypnotique associée à la distraction, comparée à une communication neutre ou nocebo, peut-elle avoir un effet bénéfique sur l’anxiété, la douleur et le confort des patients lors de la pose d’un cathéter veineux périphérique ?

Contexte de l’étude dans la littérature médicale

  • Plus d’1 milliard de cathéters veineux périphériques sont vendus chaque année dans le monde2. La perfusion veineuse périphérique (PVP) est une des procédures invasives les plus répandues : environ 60% des patients hospitalisés en bénéficieraient3.
  • L’anesthésie locale est efficace contre la douleur associée4 mais peut augmenter le taux d’échec de ponction5.
  • Les soignants utilisent souvent malgré eux des mots à connotation négative qui peuvent influencer défavorablement le ressenti des patients.
  • Peu d’études randomisées et rigoureuses ont montré l'efficacité de la technique de confusion hypnotique sur la douleur et l'anxiété.

Type d'étude

Étude prospective, randomisée, multicentrique internationale (2 hôpitaux français et un hôpital belge), en groupes parallèles et en simple aveugle.

Population étudiée

  • Etaient inclus les adultes bénéficiant d’une pose de cathéter veineux périphérique avant une chirurgie programmée. Le geste était réalisé sur la face dorsale de la main avec un cathéter de calibre 20G.
  • Les patients ayant reçu une prémédication ou présentant des caractéristiques d’accès veineux difficile n’étaient pas inclus.
  • Etaient exclus de l’étude les patients pour lesquels la 1ère tentative de cathéterisation avait été un échec.

Méthode de l’étude

  • Description du protocole
    • Les patients inclus étaient répartis par randomisation dans 3 groupes : Nocebo, Neutre et Hypnose. Ceux-ci étaient prévenus qu'ils participaient à une étude comparant différentes techniques lors de la pose de perfusion.
    • Dans les 3 groupes, les « cliniciens » avaient au moins 3 ans d’expérience dans la pose de voie veineuse périphérique, connaissaient le groupe de randomisation, étaient les seuls autorisés à communiquer avec le patient pendant le geste, et utilisaient une procédure de communication structurée, standardisée et propre à chacun des 3 groupes :
    • KTHYPE communication des 3 groupes
    • Dans le groupe hypnose, les « cliniciens » étaient tous des praticiens diplômés en communication thérapeutique et suggéraient le confort au patient par leur langage corporel. Dans les groupes Neutre et Nocebo, les « cliniciens » n’étaient pas formés à la communication thérapeutique et à l’hypnose.
    • Le recueil des données était effectué par un praticien « chercheur » ne connaissant pas le groupe d’allocation.
  • Critère de jugement principal (CJP)

    Auto-évaluation de la douleur liée à la cathéterisation par EVN dans les 3mn suivant la fin du geste.

  • Critères de jugement secondaires (CJS)
    • Evolution avant/après de l’EVN confort,
    • Evolution avant/après de l’EVN anxiété,
    • Présence de retrait spontané du bras par le patient lors de la cathéterisation,
    • Présence de vocalisation spontanée (sons ou mots) par le patient lors de la cathéterisation.

Résultats essentiels

  • 294 patients ont été randomisés. 19 ont été exclus (échec de la 1ère tentative de perfusion). La randomisation était équilibrée : 89 dans le groupe Hypnose, 92 dans le groupe Nocebo, 91 dans le groupe Neutre.
  • CJP : douleur après cathétérisation plus basse dans le groupe Hypnose 1.5 ([1.9]; 0-5) vs Neutre 3.5 ([2.3]; 0-9;p<0.0001) and Nocebo (3.8 [2.5]; 0-10;p<0.0001).
  • CJS :
    • Augmentation de l'EVN confort dans le groupe hypnose (+1.0;p<0.05), diminution dans les groupes Neutre (-0.9;p<0.05) et Nocebo (-1.1;p<0.05).
    • Diminution de l'EVN anxiété dans le groupe Hypnose (-2.1;p<0.05), stabilité dans les groupes Neutre (+0.0) et Nocebo (+0.1).

Commentaires

  • Points forts de l’étude

    KTHYPE est une des 1ères études randomisée et méthodologiquement rigoureuse sur le sujet. Elle propose une standardisation de la communication verbale concernant un procédure de soin très courante.

  • Points faibles de l’étude

    Les résultats de cette étude ne concerne pas les patients à priori difficiles à perfuser, pour lesquels pourtant, ce geste peut être source de douleur, d'inconfort et d'anxiété. La question de la généralisation des résultats à la pratique quotidienne se pose également. En effet, les cliniciens impliqués dans le groupe Hypnose étaient formés à la communication hypnotique, or ce n'est pas le cas de la plupart des soignants amenés à pratiquer la pose de perfusion.

Conclusion

Cette étude montre que la confusion hypnotique utilisée par des soignants formés à l’hypnose diminue la douleur et l’anxiété et augmente le confort lors de la pose de VVP, en comparaison avec des communications neutre ou placebo.
D’autres études seraient nécessaires pour déterminer si cette technique utilisée par des soignants non formés montrerait des résultats comparables.

Bibliographie

  1. Fusco et al. Hypnosis and communication reduce pain and anxiety in peripheral intravenous cannulation : Effect of Language and Confusion on Pain During Peripheral Intravenous Catheterization (KTHYPE), a multicentre randomised trial. Br J Anaesth. 2020;124(3):292-298. doi:10.1016/j.bja.2019.11.020.
  2. PR Newswire. Global peripheral I.V. catheter market 2014–2018.
  3. Alexandrou et al. Prevalence of the Use of PIVCs. J. Hosp. Med 2015;8;530-533. doi:10.1002/jhm.2389.
  4. Bond et al. First do no harm: pain relief for the peripheral venous cannulation of adults, a systematic review and network meta-analysis. BMC Anesthesiol. 2016;16(1):81. Published 2016 Oct 1. doi:10.1186/s12871-016-0252-8.
  5. Hendry et al. Effect of intradermal anaesthesia on success rate and pain of intravenous cannulation: a randomized non-blind crossover study. Scott Med J. 2011;56(4):210-213. doi:10.1258/smj.2011.011160.

Voir la vidéo :


Partager ce commentaire d'article :