ZOOM sur ESPER

ESPER

Étude pilote de l’utilisation d’un scanner crânien portable en réanimation chez les patients cérébro-lésés.


MÉTHODOLOGIE : Étude pilote, prospective, monocentrique, de type avant-après.

OBJECTIF PRINCIPAL : Comparer les temps de réalisation d’un scanner crânien portable par rapport à l’utilisation d’un scanner fixe conventionnel chez les patients cérébro-lésés de réanimation.

PROMOTEUR : CHU Rennes

INVESTIGATEUR : Yoann LAUNEY (MAR)

DOMAINE : Neuroréanimation adulte

STATUT : En cours

Le scanner cérébral est un examen-clé de la prise en charge des patients cérébro-lésés graves de réanimation, souvent répété lors de la phase initiale. Il nécessite le déplacement du patient vers la salle d’imagerie à la phase aiguë de prise en charge, période clinique critique où ces patients fragiles sont susceptibles de développer des épisodes d’hypertension intra-crânienne dont la durée est corrélée au mauvais pronostic.

Pour améliorer la sécurité de ces patients, le scanner crânien mobile est déjà utilisé en routine aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne. Cet outil permet de réduire les durées d’examen, de diminuer les risques d’évènements indésirables et d’optimiser la mobilisation des professionnels soignants de réanimation.

Dans cette étude, notre objectif est d’évaluer la faisabilité de l'utilisation en réanimation, pour la première fois en France, d'un scanner cérébral mobile chez les patients cérébro-lésés.

Les critères d’inclusion sont les suivants :

  • adulte majeur ;
  • admis en réanimation pour traumatisme crânien modéré ou grave ou hémorragie méningée grave (score de Glasgow < ou = à 12) ;
  • nécessité d’effectuer un scanner cérébral ;
  • affilié ou bénéficiaire d’un régime de protection sociale ;
  • consentement du patient ou d’un proche ou inclusion selon la procédure d’urgence.

Durant une première période de 6 mois les patients inclus seront examinés par scanner portable, dans une seconde phase de 6 mois, les patients inclus seront examinés par scanner cérébral fixe selon les modalités actuelles de routine clinique.


Partager cet article :